Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 15:31

Voici un témoignage, vous pouvez y joindre vos commentaires et le signer. Vous pouvez également le faire circuler parmi vos connaissances et vers des sites de cafés philo.

En effet nous savons bien qu'aujourd’hui comme hier l'adhésion à un comportement inacceptable passe aussi bien par un soutien actif que par un silence complice Notre propos est de faire se transformer une situation peu propice au partage de la parole

 

 

 IMG_0371.JPG

 

UN CAFÉ PHILO À TROUVILLE ?
.


Trouville est en Europe c'est un fait.
Un café philo y existe depuis 15 années, c'est aussi un fait.
Ce samedi .du mois d’avril ...  Zolan et moi sommes allées  au café philo pour une ballade de pensée, pour échanger, trouver dans cette charmante ville des gens heureux de (se) questionner et un lieu qui ne serait pas que villégiature.


Il devait être question du temps et de la conscience que nous en avons.
Je ne connaissais M. K.  l’animateur. J'écoute son introduction pendant 6 ou 7 minutes... Il lance le débat, nous sommes une dizaine. Des gens commentent, s'interrogent, la métaphysique est à l'honneur et fait un peu peur semble t-il ; une conversation s'amorce. Puis le goût me prend d'intervenir et puisqu'il a été question dans la présentation de M... des repères du temps, de ce qui représente le temps, je parle des différents calendriers avec lesquels nous vivons, nous et nos voisins : chrétien, musulman, juif, chinois.... en effet,  j'ai toujours été passionnée par cette notion du temps historique ou religieux qui se décline différemment selon nos appartenances culturelles, nos origines, nos choix et détermine des représentations complexes à partager. Une autre femme parle du présent, y être, ne pas se sentir totalement là, au présent... Un bref moment de bonheur émerge dans ces échanges simples et authentiquement vécus... la jubilation du parler vrai, de chercher une vérité ensemble...

D'autres personnes interviennent, M. K. aussi... et soudain très raide il décrète que « nous ne sommes pas ici pour faire de la philo «de paysan en train de nourrir ses poules» . Mon amie Zolan très calmement suggère que c'est un peu dommage de ne pas prendre en compte l’activité de pensée d’un paysan ou de tout autre être humain et que la pensée, la philosophie ne sont pas qu’affaire de spécialistes.
M.. K. (devenu rouge inquiétant), se lève et décrète très abruptement et sans aucun à propos que « cela suffit, on arrête la séance ». Tout le monde est surpris, choqué. Trois femmes sont visées : nous. Celle qui a fait place à d’autres cultures, celle qui a interrogé son expérience personnelle, et celle qui refuse que la pensée des  « non spécialistes » soit méprisée. Nous sommes les empêcheuses de penser en rond.

De tendue et étrange la situation devient violente.

 
M. K. ... me crie "dégagez !!!"... à plusieurs reprises, me désignant explicitement, puis nous désignant tout aussi nettement de la main, du regard, de l'adresse.

Il suffoque en disant "cela fait 15 ans que cela tient ici et ce ne sont pas des mémères qui vont me remettre en question" - la connotation misogyne est manifeste.

Puis il se lève, attrape le bord de la table devant lui et se dresse, menaçant.
Tout cela est si rapide, si brutal, si bête que nous avons du mal à réaliser.


Quelques personnes trouvent le comportement de M.K. abusif, mais beaucoup sont comme interdites, sidérées. Une femme blonde nous sourit avec solidarité.


Je m'avance vers lui, très calme et lui dit "vous savez que vous avez un comportement fascisant là tout de suite ? "
Il répond ( j'espérais naïvement des excuses, une prise de conscience) : "eh bien en l’occurrence je l'assume ! "

 

Nous, les trois femmes assignées à exclusion, nous nous sommes rapprochées les unes de autres, à la fois indignées et résolues à ne pas nous laisser faire, et aussi à sortir respirer, parler, manifester ainsi un désaccord profond devant ce comportement abusif.
Il nous dit encore : « dégagez, dégagez !!! »

Nous partons toutes trois... atterrées... nous allons boire un verre et discuter enfin... La seule chose heureuse pour nous a été cette rencontre avec une femme intelligente et lucide... J'apprends par Zolan que d'autres ont déjà souffert des excès, du mépris et des carences de M.K. .. et que quelques uns pensent à créer un nouveau lieu...

 

Le réel de cette situation était pire qu’il n’apparait dans mon récit, la haine plus virulente, les propos de M. K. et le silence de certains plus dangereux...
Ce qui m'inquiète beaucoup c'est la légitimité dans laquelle ce petit chef se tient, qu'est-ce qui lui permet d'insulter, de faire "dégager" des personnes qui viennent s’exprimer dans un lieu de liberté ? Un lieu démocratique ? Un café philo ouvert dans une salle municipale ? Pour virer celles qui n'ont en rien dérangé les règles de vie, de convivialité, d'attention nécessaires à l'exercice d'un café philo ?

Qu'est-ce qui autorise ce type de comportement ? La haine était si flagrante - sa mise en actes par nos exclusions reflétait bien les enjeux de M.K.. - interdire d'autres formes, d'autres manifestations de la pensée... que  la sienne.

 

        J’appris que cet abus de pouvoir s’était déjà annoncé par des d’autres paroles discriminatoires lors d’autres séances : d’après M.K. il y aurait « une              religion supérieure » et « notre civilisation aurait le droit de donner des leçons au reste de l’humanité ».

 

Si nous sommes parties c'est pour ne pas avoir à le supporter davantage, pour ne pas gâcher notre journée, pour ne pas nous énerver, certainement pas pour accepter l'injonction, ni obéir, certainement pas pour nous taire et laisser faire... C'est pourquoi nous vous écrivons aujourd'hui. Nous espérons en votre réactivité, non pas pour interdire mais pour défendre ce que café philo veut dire, pour la liberté d'être et de pensée... pour questionner des règles, des idées dans une Europe où des lois d'Etat discriminatoires renforcent et légitiment trop souvent, dans les médias et ailleurs, les tentations d'affirmer des discriminations jalouses comme normes trop banales.

Peut-on parler alors d’un café philo à Trouville ?

Ou bien s’agit-il d’un lieu de manipulation, d'endoctrinement ?  Je ne parle pas là de l'influence que chacunE d'entre nous peut exercer, volontairement ou inconsciemment, du fait même  de son univers personnel, de ses horizons poétiques et politiques, de ses connaissances... Je parle bien d'endoctrinement puisque en lieu et place de réflexion, de paroles partagées, d'écoute et de références, c'est par la négation de la parole, de l'autre, de l'apport de cultures différentes, de questionnement que le petit maître à penser de Trouville fabrique son discours et ses interventions en interdisant explicitement d’une manière que nous pourrions qualifier sans excès de xénophobe, de peur des étrangères, de  tout ce qu’il appelle « chemin de traverse ».

Les montées d'extrême droite en Europe loin d'être un fantasme se trouvent confirmées par des élections, des milices, des lois, des discours, des actes. Le danger est réel malgré les protestations et les actes de beaucoup de citoyenNes, d'associations,  de  magistratEs et d'avocatEs et même de la cour européenne. Il y a donc lieu d’être vigilantEs partout où nous sommes.
IMGP7507DSC03440.JPG

La pensée arrêtée

A la séance suivante l’animateur du café philo présenta une sorte de justification de son attitude, disant qu’il avait du mal à supporter que les participants ne suivent pas le cours de la démarche qu’il avait imaginée, sans toutefois présenter d’excuses aux personnes si violemment mises en cause et exclues.

Toujours décidée à œuvrer pour une libre circulation de la parole en ce lieu public (les locaux sont en effet prêtés par la mairie), je reviens pour une nouvelle séance après avoir longuement discuté avec des amis trouvillais, membres de l’association du café philo, absents la fois précédente.

Cette fois ci, le thème choisi par l’animateur était « pourquoi la culture ?». Après son exposé principalement appuyé sur des notions kantiennes, la discussion s’engage sans qu’aucune définition du concept de culture n’ait été proposée. Enseignante en philosophie je sais que l’absence de définition du concept dont on parle entraine un certain flou, ce qui ne manqua pas de se produire.

Après quelques échanges, une participante intervint pour évoquer ce qui pour elle dénotait un manque de culture : le fait que des jeunes et des moins jeunes prennent souvent l’attitude qui consiste à dire « moi, je veux et ce que pensent les autres m’importe peu ». L’animateur alors se permet de l'interrompre en disant d’un ton cassant que cela n’avait aucun rapport avec le sujet. Je laisse passer quelques minutes puis interviens pour reprendre cette parole abandonnée, essayant de faire le lien entre la culture en tant que mémoire commune et la volonté de toute-puissance que cette femme évoquait à propos de certains adolescents.

L’enfer se déchaine alors, je me fais traiter de provocatrice. Rouge et quasi hurlant, le monsieur déclare «  vous venez ici pour prendre ma place, d’ailleurs je l’ai bien vu lorsque votre amie a  eu la même attitude à mon égard la dernière fois ». Quelques remous dans la salle ne l’empêchent pas de continuer sa diatribe et de vouloir, une fois encore, clore la séance.

Les participants (nous étions une vingtaine)  n’obtempèrent pas, la discussion reprend. En retrait pendant quelques minutes, M. clôt la tentative d’un autre participant qui remettait en cause la supposée supériorité de « notre culture » sur toutes les autres, arguant cette fois du « bon sens » pour étouffer toute velléité de discussion.

Puis il se tourne vers moi soudainement «  Madame, défendez-vous donc l’anthropophagie comme valeur culturelle ? ». Ne me sentant pas concernée par ses projections racistes, je ne réponds pas à son injonction et me contente de sourire.

Ne se sentant pas assez soutenu, il tire alors ses dernières cartouches, prétendant instaurer une règle selon laquelle n’auraient le droit de parler que ceux qui seraient membres de l’association et que par ailleurs, on pourrait exclure (à tour de bras sans doute) ceux et celles qui seraient des « provocateurs ».

Cette petite scène appelle plusieurs commentaires :

Oui la discussion philosophique est une provocation, un appel à penser.

Non, les café philo ne sont pas les basses cours de petits coqs  mais des lieux de parole et de réflexion où chacun apporte sa contribution, si modeste soit-elle..

Non, le bon sens de certains ne fait pas loi contre la pensée des autres

Oui, il serait bon d’ouvrir un lieu de pensée à Trouville.

 

 

 

  le silence
Brigitte Fontaine et Areski

 

 

Ines de Luna (Montreuil) Zolan’gono (Trouville)

 

« ...Ensuite, et c’est l’essentiel, tous les sujets sont susceptibles d’être traités de manière philosophique. La philosophie ne tient pas à ses sujets. Ce n’est pas une « matière » à enseigner ni un champ à cultiver, c’est un état d’esprit, une manière de faire usage de son intellect. Le philosophe n’a pas d’objet propre. Il part des idées reçues, des opinions du sens commun, des idéologies dominantes, des révélations religieuses, des réponses données par la science pour les soumettre à l’examen. Tout est donc objet de sa réflexion. Le néophyte n’a nul besoin de se faire une montagne des sujets propres à cette discipline. Il n’y en a pas. Il n’y a pas de spécificité de l’objet de la philosophie : philosopher c’est mettre en question, au sens banal de l’expression, ce qui est déjà là comme réponse et qui, de fait, ne convient pas. » (Marc Sautet Un café pour Socrate (Robert Laffont, 1995) p. 35) http://www.cafe-philo-des-phares.info/index.php?option=com_content&task=view&id=159&Itemid=37

« L’esprit qui règne dans un café-philo est celui de tolérance, d’ouverture et de pluralisme, ce qui en fait une pratique propre à des sociétés démocratiques. Le fondateur Marc Sautet tenait à ce que la philosophie reprenne sa place au milieu des débats de la société contemporaine, comme instrument de pensée critique et de liberté, favorisant la vigilance et la lucidité chez des citoyens responsables. » «http://fr.wikipedia.org/wiki/Caf%C3%A9_philosophique

   

Repost 0
Published by Lutheuses de Rrue prisesdepensee - dans Lutheuses de Rrue
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 21:53

 

 

10-copie-1

 

 

IMGP6936

La Baraka, un projet de vie et non de survie 

 


Des ateliers de femmes, impulsés par des femmes, des  filles, Rromes et filles d'immigrées, étudiantes étrangères, françaises et d'autres, hétéros et lesbiennes, mamans et d'autres, toutes combattantes pour la liberté et contre l'injustice sociale :  nous sommes là pour des échanges de savoir, pour nos rêves communs, nos rencontres, nos différences culturelles, des liens de vie et de mémoire, pour aujourd'hui et demain

 

Plus de charité ici non plus, plus de police, comme les Tunisiens de Lampedusa l'ont dit clairement,

les  Rroms de la Baraka veulent aussi pouvoir s'organiser, vivre, agir, être libres..

Des ateliers ont lieu, mis en place dans la lutte, en se rencontrant, en ouvrant ce lieu ensemble, peinture, paroles, impros danses et théâtre, nous dire, nous raconter, nous comprendre,  en Romani, en Français, en Espagnol, d'où nous venons, dessiner la carte de la Roumanie, de l'Espagne, de France, du Maroc, les villes, les villages, se raconter nos parents...

 

 

Au 163 rue des Pyrénées, les familles ont ouvert ce lieu avec un collectif dit de la Baraka, informel, avec des assosiations, voix des Rroms, téléliberté, et des gens, des autres, dont une de prisedepensée...

 

La Baraka, ce qui a pallié à l’urgence. La Baraka, la chance, la maison...


Désormais nous sommes dans la perspective d’ouverture du lieu aux volontés qui désireraient partager des savoirs et savoirs-faire. Cela pourrait se traduire par l’animation d’ateliers sur place mais également à des propositions de formation, de stages à l’extérieur de la Baraka, afin de briser la ghettoïsation qu’engendre le fait de se cacher pour survivre et non vivre.

La Baraka est un lieu d’habitation dont les occupant-e-s doivent pouvoir selon leurs besoins et leurs envies participer à la vie locale. Ils entendent bénéficier de projets déjà en place et aussi de l’espace, afin de mettre en place leurs projets et de les partager avec les autres parisien-ne-s.

Rappelons que la pérennité du lieu n’est en rien acquise et que nous sommes sous l’effet d’une procédure judiciaire intentée par la mairie de Paris propriétaire des lieux, laquelle, est supposée protéger pour l’instant de l’arbitraire d’une éventuelle expulsion de la part de la Préfecture. Mais aucune proposition de relogement ou de pérennité du lieu n’a clairement été abordée ni par la mairie du 20ème ni par la ville de Paris.

 

gaby commissariat manif 4 septembre - 93

 

 

et que vive la Baraka ! 

 

 

La Baraka est assignée au tribunal du vingtième arrondissement, le 16 juin (report du 28 avril).
Malgré la vie qui a pris ses droits, après des mois d'hiver à la rue, malgré les talents de conteuses, de cuisinières, d'architectes de l'intérieurr, malgré leurs savoirs et leur écoute, malgré la scolarisation des enfants et des ateliers, malgré la fête et des solidarités, malgré les démarches vers le travail, les administrations....

La FÊTE DE LA BARAKA, dite Maison des rroms, au 163 rue des Pyrénées dans le 20ème a été chaleureuse, attentive, tissées plus de rencontres que d'événements festifs... Plus de cent personnes sont venues, et sont restées des heures...

Les familles ont préparé de bonnes choses à manger, dressé une grande table dans la cour...

Le film de Tony Gatlif, Liberté, a été projeté.

Liberté nous plonge dans l’histoire du peuple rrom, ce peuple méconnu et tellement limité dans sa liberté de mouvement, son autonomie ; ce peuple constamment contrôlé, entravé, surveillé, fiché jusqu’à être interné dans des camps français et en Europe dès avant-guerre, en 1939 et jusqu’en 1946, soit plus d’un an après la Libération. Ils ont connu les camps de concentration et aussi les camps d'extermination réservés aux Juifs et aux tsiganes par le système nazi.


Une présentaion par Saimir de la voix des Rroms, de l'histoire, du présent, a été suivie d'un court débat. Les conversations se sont poursuivies en mangeant, bivant, sous la grande halle...Les musiciens professionnels nous ont lâché... Nous avons improvisé sans eux...

 

 

Pour son procès, au tribunal du vingtième arrondissement le le 16 juin La Baraka aussi aura besoin de tous les soutiens.

Compte tenu du peu de constance avec laquelle la mairie de Paris a soutenu les Tunisiens de Lampedusa... et bien d'autres expulsions en France de ressortissants étrangers, européens ou non... et es expulsions de squats et autres habitations différentes en France depuis des années et plus fortement depuis l'été 2010.... 

 

A la Baraka ce sont 100 personnes environ qui vivent pour ne pas être à la rue, un collectif fait de petits collectifs, de familles essentiellment, de tous âges, deux bébés vont naître, plusieurs ont quelques mois, il y a beaucoup de jeunes enfants, ados, filles, femmes, hommes, et vieilles et vieux...

 

Ils viennent de Roumanie où aucune possibilité de travail, de sociabilité parfois même ne leur est possible... villages éloignés, villages Rroms séparés des autres villages... Peu de moyens, voire aucun...

Les inondations de l'an passé, les politiques et une économie draconiennes, le racisme de fait, celui qui exclut....


 Aujourd’hui, les Rroms de la Baraka, comme leurs compatriotes, comme les étrangerEs, les migrantEs, en exil ou en recherche de travil, ont un accès en France plus que limité au travail (ceseda)1 et aux droits sociaux en France aussi. Ils sont chassés des terrains et squats qu’ils occupent en famille et jusque des trottoirs et des parcs publics où ils se réfugient. Ouvrir des lieux inutilisés et propriétés bien souvent des municipalités devient un délit, comme cela s’est passé cet hiver à Montreuil.

Les préfectures, notamment celle du 93, interdisent de fait leur territoire et les ministres intentent des procès pour outrage lorsque des citoyens s’expriment sur cette histoire qui se répète en traitant le Préfet Lambert de « véritable Papon de notre époque » et en dénonçant cette trop réelle « politique ultra-raciste ».

 

femmes manif commissariat10

Repost 0
Published by Lutheuses de Rrue prisesdepensee - dans Lutheuses de Rrue
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 17:48

banderolle

 

Après 4 jours d’occupation d’un immeuble appartenant à la Mairie de Paris, au 51 rue Simon Bolivar, 140 migrants tunisiens, très jeunes pour la plupart, ont été violemment expulsés le 5 mai dans l’après-midi

Les images qui suivent sont celles d'un des rassemblements qui ont suivi, devant le commissariat de Gambetta où militantEs, amiEs, TunisienNEs, assosiations et solidaires "individuels", des peuples de France et d'ailleurs sont venus témoigner et protester contre cette expulsion illégale et violente....

 

 

 

Cette expulsion, comme les rafles qui l’ont précédé la semaine dernière à Stalingrad et à la Villette, relèvent d’un acharnement sur ces migrants. Pour preuve la mise en scène sécuritaire de hier après midi : CRS en pagaille, cars dans toutes les rues voisines, hélicoptère, expulsion en plein après-midi, journalistes prévenus à l’avance.

Dans le cadre de son offensive raciste, le gouvernement veut faire croire que les processus révolutionnaires du monde arabe déboucheraient sur une invasion d’immigrés, alors que ces mouvements historiques révèlent une aspiration à la démocratie et à la justice sociale.

 

 

Samedi 7 Mai a eu lieu l’audience devant le Juge des Libertés et de la Détention à :

- 9h au TGI de Paris pour les 5 de Vincennes ( métro :cité ou châtelet )

- à 9h30 au tribunal de Meaux pour les 7 du Mesnil-Amelot.( adresse du tribunal : 44 avenue Prés Salvador Allende 77109 MEAUX

  car sans papiers

Lettre du Collectif des Tunisiens de Lampedusa à Paris au maire de Paris

Lettre à l’attention du maire de Paris

 

Après nos salutations et notre remerciement pour ce qu’il y a eu de votre part de soutien et d’accueil des Tunisiens venus de Lampedusa à Paris, entre autre les matraques et les insultes de la part de la police. Monsieur le maire de Paris, nous les tunisiens venus de Lampedusa et que vous décrivez comme des immigrés illégitimes, mais monsieur, nous vous informons que s’il n’y avait pas la situation misérable en Tunisie, nous n’aurions pas quitté notre pays et nous ne nous serions pas jetés dans la mer et ceci est une preuve irréfutable de notre mobilisation pour résoudre notre situation sociale et humaine particulière, avec le soutien de tous les pays du monde aussi bien les pays européens et arabes. Mais pour notre plus grand regret, la manière dont la France nous a accueillis ne prouve pas qu’elle est le pays des droits et des libertés, et la plus grande preuve de ça, est l’attitude de la police le jour où ils sont venus au 51 avenue Simon Bolivar et les arrestations d’environ 150 personnes, entre autre des camarades français qui nous ont sauvé de la faim et du froid contrairement à ce qui a été dit dans votre communiqué de presse contre ces français. Mais nous n’avons pas besoin de leurs idées pour prendre nos décisions par nous-mêmes et la plus grande preuve de ça est notre révolution bénie. Et pour finir nous vous prions de comprendre notre situation et d’accepter notre estime et notre respect. Nos salutations Les Tunisiens de Lampedusa à Paris.

 

رسالة إلى السيد رئيس بلدية باريس

 

بعد تحية شكر و تقدير على ما صدر من سيادتكم من ترحيب و تقدير للتونسيين القادمين من لمبادوزة نحو باريس بما في ذلك من ضرب و شتم من طرف البولس.

سيادة رئيس بلدية باريس، نحن التونسيون القادمون من لمبادوزة و اللذين تصفونهم بالمهاجرين غير الشرعيين لكن سيدي نعلمكم أنّ لولا الوضع المزري في البلاد التونسيّة لما قدمنا منها و رمينا بأنفسنا في عرض البحر و هذا دليل قاطع على صمودنا من أجل تسوية وضعيّتنا الإجتماعيّة و الإنسانيّة الإستثنائيّة بمساندة جميع بلدان العالم بما فيها الأوروبيّة و العربيّة.

و لكن، للأسف الشديد إستقبلتنا فرنسا إستقبالا لا يدل على أنّها بلد الحقوق و الحريات و أكبر دليل على ذلك الذي صدر من البوليس يوم جاء إلى العمارة المتواجدة بشارع سيمون بوليفار و اعتقال ما يقارب 150 شخص بما فيهم أخوة فرنسيون و لولاهم لمتنا من الجوع و البرد على عكس ما ذكر في بيانكم الصحفي من تعارض على هذه الفئة من الفرنسيين لكن نحن في غنى عن أفكارهم نحن التونسيون عندما نقرّر بأنفسنا و أكبر دليل على ذلك ثورتنا المباركة.

و في الختام نرجوا منكم تفهم وضعيتنا و تقبلوا منّا فائق التّقدير و الإحترام.

و السلام

.تونسيي لمبادوزة بباريس

 

 

Lettera all’attenzione del sindaco di Parigi.

 

Prima di tutto i nostri saluti e il nostro ringraziamento per quello che è stato da parte vostra il sostegno e l’accoglienza dei Tunisini venuti da Lampedusa a Parigi, tra l’altro quello che è venuto dai manganelli e dagli insulti della polizia. Signor Sindaco di Parigi, noi i tunisini venuti da Lampedusa e che voi descrivete come degli immigrati illegittimi, ma signore, noi vi informiamo che se non ci fosse la situazione miserabile che c’è in Tunisia, noi non avremmo lasciato il nostro paese e non ci saremmo gettati in mare e questa è una prova inconfutabile della nostra mobilitazione per risolvere la nostra situazione sociale e umana particolare con il sostegno di tutti i paesi del mondo come dei paesi europei e arabi. Ma con nostro grande rimorso, la maniera con la quale la Francia ci ha accolti non da prova che si tratti del paese dei diritti e delle libertà, e la più grande prova di questo, è l’atteggiamento della polizia il giorno in cui sono venuti al 51 di Avenue Simon Bolivar e l’arresto di circa 150 persone tra cui dei compagni francesi che ci hanno salvati dalla fame e dal freddo contrariamente a quello che è stato detto nel vostro comunicato stampa contro questi francesi. Ma noi non abbiamo bisogno delle loro idee per prendere le nostre decisioni noi stessi e la più grande prova di questo è la nostra benedetta rivoluzione. Per finire vi preghiamo di comprendere la nostra situazione e di accettare la nostra stima e il nostro rispetto. I nostri saluti, I Tunisini di Lampedusa a Parigi.

 

 

voix solidaires

 

 

 

ni-police.jpg

D'autres sans papiers Tunisiens occupent un gymnase rue de la Fontaine au Roi 


16h35

Les sans papiers Tunisiens occupent un gymnase rue de la Fontaine au Roi et ils appellent à les rejoindre.

 

Gymnase de la Fontaine-au-Roi, 100 rue de la Fontaine-au-Roi, Paris 11e, Métro Couronnes ou Belleville.

 

Merci de prévenir par un sms tous ceux susceptibles de venir et de faire venir du monde

 

Rassemblement à 18h sur place.

 

17h09

Il y a un attroupement devant le gymnase où se tient un tournoi de tennis jusqu’à 18h30. Les frappeurs de baballe ont déclaré, dans leur grande mansuétude (!), que l’occupation ne leur posait pas de problème et qu’ils laissaient la place dès qu’ils avaient terminé ...

 

Une banderole est déployée avec un texte en arabe et en français : "ni policiers, ni charité, un lieu pour s’organiser".

 

Quatre agents de la sécurité de la mairie de Paris sont sur les lieux.

 

17h14

Exceptionnel ! Delanoë n’a toujours pas envoyé ses CRS !

 

17h31

La banderole est déployée.

 

Ce gymnase est situé dans un quartier populaire et de nombreux passants s’arrêtent et soutiennent les occupants.De nombreux soutiens sont devant le bâtiment.

 

Le responsable du gymnase a dit aux flics que tout se passait bien. Ceux-ci ont répondu qu’ils avaient prévenu la mairie. Un de ses responsables est attendu bientôt. Les occupants auront particulièrement besoin de soutien à ce moment-là.

 

18h28

Emmanuel Grégoire, chef de cabinet du maire de Paris est arrivé et discute avec trois sans papiers délégués.

 

Présence policière : quatre policiers nationaux et quatre de la ville de Paris.

 

18h44

Emmanuel Grégoire et Laurence Lefèvre, directrice de la jeunesse et sports de la ville de Paris, discutent avec trois sans-papiers délégués de la situation.

 

La Mairie a dit qu’elle faisait tout son possible pour les aider contrairement à l’Etat, ajoutant qu’à Bolivar il y avait des problèmes de sécurité. Là, on peut négocier.

 

Les envoyés de Delanoë demandent un accès pour les agents de sécurité et de la jeunesse et des sports. Ils veulent bien aménager quelque chose mais dans les règles : il est interdit de fumer et boire. Et pour faire la cuisine ? Grégoire a répondu que la Mairie allait voir. A la question de savoir combien ils sont : les occupants ont répondu qu’ils étaient nombreux, beaucoup plus de cinquante. La Mairie a prétendu ne pas avoir de lieu pour accueillir autant de gens ; il lui a été répondu : "il faut trouver une solution".

 

Merci de venir montrer votre solidarité et d’apporter des produits de première nécessité : nourriture, vêtements, produits d’hygiène, etc.

 

La présence policière est inchangée.

 

19h15

La mairie pose comme condition que l’occupation soit limitée à 150 personnes présentes dans les locaux quelques jours le temps de trouver une solution de logement.

 

L’assemblée des occupants se réunit pour en discuter. Le risque que les propositions de la mairie divisent les occupants, comme avenue Simon Bolivar est plusieurs fois évoqué.

 

20h15

L’assemblée est terminée. Les Tunisiens ont décidé de rester.

 

La police appelle le quartier général pour indiquer que les sans papiers sont soutenus par des "anarchistes".

 

Un élu du PCF, Jean Mermoz, est présent avec la délégation municipale qui affirme que les sans papiers pourront "rester tranquille" cette nuit. Delanoë s’est engagé à ce qu’il n’y ait pas d’intervention policière. Le directeur du gymnase et un autre employé municipal passeront la nuit sur place. Bolivar n’était, parait-il, pas assez équipé pour l’incendie, mais ici on ne peut pas fumer.

 

La Ville assure qu’elle va cette fois approvisionner en nourriture les occupants, sans doute demain par le truchement de l’association Aurore, et qu’elle proposera des solutions d’hébergement.

 

Les Tunisiens sortis nombreux du gymnase expliquant aux représentants de la Ville que si ce gymnase est trop petit, celle-ci peut leur en proposer un autre.

 

Un certain nombre de personnes "à papiers" ont rejoint le gymnase.

 

20h45

On apprend que sur 7 sans papiers enfermés au centre de rétention de Mesnil Amelot qui sont passés en audience à Meaux, 6 sont libérés, le maintenu en rétention fait appel.

 

 

 simon bolivar

 

 

à suivre...

sources

le collectif des Tunisiens de Lampedusa

Indymedia 

dessins de Sylvie Mélis photos de Loulou dans voix solidaires

Prises de pensée et d'autres d'ailleurs  images film  et info

 

bolivar

Repost 0
Published by Lutheuses de Rrue prisesdepensee - dans Lutheuses de Rrue
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 11:13

DSC00419.JPG

 

Ailleurs, ici ou là, nous sommes en devenir

 

 

 

 

 

 

La mémoire au présent délivre ses amarres

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Lutheuses de Rrue prisesdepensee - dans Lutheuses de Rrue
commenter cet article