Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 22:53

 

 

10-copie-1

 

 

IMGP6936

La Baraka, un projet de vie et non de survie 

 


Des ateliers de femmes, impulsés par des femmes, des  filles, Rromes et filles d'immigrées, étudiantes étrangères, françaises et d'autres, hétéros et lesbiennes, mamans et d'autres, toutes combattantes pour la liberté et contre l'injustice sociale :  nous sommes là pour des échanges de savoir, pour nos rêves communs, nos rencontres, nos différences culturelles, des liens de vie et de mémoire, pour aujourd'hui et demain

 

Plus de charité ici non plus, plus de police, comme les Tunisiens de Lampedusa l'ont dit clairement,

les  Rroms de la Baraka veulent aussi pouvoir s'organiser, vivre, agir, être libres..

Des ateliers ont lieu, mis en place dans la lutte, en se rencontrant, en ouvrant ce lieu ensemble, peinture, paroles, impros danses et théâtre, nous dire, nous raconter, nous comprendre,  en Romani, en Français, en Espagnol, d'où nous venons, dessiner la carte de la Roumanie, de l'Espagne, de France, du Maroc, les villes, les villages, se raconter nos parents...

 

 

Au 163 rue des Pyrénées, les familles ont ouvert ce lieu avec un collectif dit de la Baraka, informel, avec des assosiations, voix des Rroms, téléliberté, et des gens, des autres, dont une de prisedepensée...

 

La Baraka, ce qui a pallié à l’urgence. La Baraka, la chance, la maison...


Désormais nous sommes dans la perspective d’ouverture du lieu aux volontés qui désireraient partager des savoirs et savoirs-faire. Cela pourrait se traduire par l’animation d’ateliers sur place mais également à des propositions de formation, de stages à l’extérieur de la Baraka, afin de briser la ghettoïsation qu’engendre le fait de se cacher pour survivre et non vivre.

La Baraka est un lieu d’habitation dont les occupant-e-s doivent pouvoir selon leurs besoins et leurs envies participer à la vie locale. Ils entendent bénéficier de projets déjà en place et aussi de l’espace, afin de mettre en place leurs projets et de les partager avec les autres parisien-ne-s.

Rappelons que la pérennité du lieu n’est en rien acquise et que nous sommes sous l’effet d’une procédure judiciaire intentée par la mairie de Paris propriétaire des lieux, laquelle, est supposée protéger pour l’instant de l’arbitraire d’une éventuelle expulsion de la part de la Préfecture. Mais aucune proposition de relogement ou de pérennité du lieu n’a clairement été abordée ni par la mairie du 20ème ni par la ville de Paris.

 

gaby commissariat manif 4 septembre - 93

 

 

et que vive la Baraka ! 

 

 

La Baraka est assignée au tribunal du vingtième arrondissement, le 16 juin (report du 28 avril).
Malgré la vie qui a pris ses droits, après des mois d'hiver à la rue, malgré les talents de conteuses, de cuisinières, d'architectes de l'intérieurr, malgré leurs savoirs et leur écoute, malgré la scolarisation des enfants et des ateliers, malgré la fête et des solidarités, malgré les démarches vers le travail, les administrations....

La FÊTE DE LA BARAKA, dite Maison des rroms, au 163 rue des Pyrénées dans le 20ème a été chaleureuse, attentive, tissées plus de rencontres que d'événements festifs... Plus de cent personnes sont venues, et sont restées des heures...

Les familles ont préparé de bonnes choses à manger, dressé une grande table dans la cour...

Le film de Tony Gatlif, Liberté, a été projeté.

Liberté nous plonge dans l’histoire du peuple rrom, ce peuple méconnu et tellement limité dans sa liberté de mouvement, son autonomie ; ce peuple constamment contrôlé, entravé, surveillé, fiché jusqu’à être interné dans des camps français et en Europe dès avant-guerre, en 1939 et jusqu’en 1946, soit plus d’un an après la Libération. Ils ont connu les camps de concentration et aussi les camps d'extermination réservés aux Juifs et aux tsiganes par le système nazi.


Une présentaion par Saimir de la voix des Rroms, de l'histoire, du présent, a été suivie d'un court débat. Les conversations se sont poursuivies en mangeant, bivant, sous la grande halle...Les musiciens professionnels nous ont lâché... Nous avons improvisé sans eux...

 

 

Pour son procès, au tribunal du vingtième arrondissement le le 16 juin La Baraka aussi aura besoin de tous les soutiens.

Compte tenu du peu de constance avec laquelle la mairie de Paris a soutenu les Tunisiens de Lampedusa... et bien d'autres expulsions en France de ressortissants étrangers, européens ou non... et es expulsions de squats et autres habitations différentes en France depuis des années et plus fortement depuis l'été 2010.... 

 

A la Baraka ce sont 100 personnes environ qui vivent pour ne pas être à la rue, un collectif fait de petits collectifs, de familles essentiellment, de tous âges, deux bébés vont naître, plusieurs ont quelques mois, il y a beaucoup de jeunes enfants, ados, filles, femmes, hommes, et vieilles et vieux...

 

Ils viennent de Roumanie où aucune possibilité de travail, de sociabilité parfois même ne leur est possible... villages éloignés, villages Rroms séparés des autres villages... Peu de moyens, voire aucun...

Les inondations de l'an passé, les politiques et une économie draconiennes, le racisme de fait, celui qui exclut....


 Aujourd’hui, les Rroms de la Baraka, comme leurs compatriotes, comme les étrangerEs, les migrantEs, en exil ou en recherche de travil, ont un accès en France plus que limité au travail (ceseda)1 et aux droits sociaux en France aussi. Ils sont chassés des terrains et squats qu’ils occupent en famille et jusque des trottoirs et des parcs publics où ils se réfugient. Ouvrir des lieux inutilisés et propriétés bien souvent des municipalités devient un délit, comme cela s’est passé cet hiver à Montreuil.

Les préfectures, notamment celle du 93, interdisent de fait leur territoire et les ministres intentent des procès pour outrage lorsque des citoyens s’expriment sur cette histoire qui se répète en traitant le Préfet Lambert de « véritable Papon de notre époque » et en dénonçant cette trop réelle « politique ultra-raciste ».

 

femmes manif commissariat10

Partager cet article

Repost 0
Published by Lutheuses de Rrue prisesdepensee - dans Lutheuses de Rrue
commenter cet article

commentaires

Eprises De Pensée

  • : Lutheuses de Rrue
  •  Lutheuses de Rrue
  • : Lutheuses de Rrue blog d'infos, de ressources, de liens, prises de pensée... éprises de liberté... lutheuses de rue... et d'autres... lieu d'expression éphémère des Lutheuses de Rrue décoloniales, féministes, anti-racistes, d'ici, présentes au monde contre les marchés, le viol de la terre, des femmes, des enfants, des êtres...   luttes communautaires, intercommunautaires, libres, lucides, responsables, pour un monde de paix, luttes pour la vie, vivre le changement que nous souhaitons, le partager, s'amuser, voyager, penser, lire, dire nos créativités, études, rêves, luttes comme femmes, lesbiennes, juives, Rroms et gitanes, filles de migrant.e.ss, africaines, françaises, de voyages partage de dessins, chansons, films, écritures, actions solidaires, transmission, radios......... 
  • Contact